GP du Japon
Vendredi 11 Octobre
03h00
07h00
Dimanche 13 Octobre
03h00
07h10
Classements 2018
P
Pts
1 L.Hamilton 338
2 V.Bottas 274
3 C.Leclerc 221
4 S.Vettel 212
5 M.Verstappen 212
6 C.Sainz 76
7 P.Gasly 73
8 A.Albon 64
9 D.Ricciardo 42
10 S.Perez 35
11 N.Hulkenberg 35
12 L.Norris 35
13 D.Kvyat 33
14 K.Räikkönen 31
15 K.Magnussen 20
16 L.Stroll 19
17 R.Grosjean 8
18 A.Giovinazzi 4
19 R.Kubica 1
20 G.Russell 0

P
Pts
1 Mercedes 612
2 Ferrari 433
3 Red Bull 323
4 McLaren 111
5 Renault 77
6 Toro Rosso 59
7 Racing Point 54
8 Alfa Romeo 35
9 Haas 28
10 Williams 1
Multimédia
          
Saison 2019

• Actualités
• Classements
• Les photos en HD
• Archives des informations


Les saisons précédentes

• Archives Live des GP
• Les photos en HD
• Classements


Scuderia Ferrari

• Sebastian Vettel
• Kimi Raikkonen
• Ferrari Driver Academy
• Les anciens pilotes
• Enzo Ferrari
• Les monoplaces
• La Scuderia Ferrari



Les partenaires
• Expert Véranda
• Portail Communautaire


Formule 1 : PAPIER D'ANGLE: La F1 vers une nouvelle ère
PAPIER D'ANGLE: La F1 vers une nouvelle ère
Le 04/11/2009
 à 19:14
Le retrait de Toyota de la Formule 1 annoncé mercredi, après ceux de Honda, BMW et Bridgestone, fait entrer la discipline dans une nouvelle ère, où les constructeurs seront moins présents, ce qui n'hypothèque pas pour autant le futur de cette vitrine du sport automobile.

Des raisons économiques conjoncturelles expliquent ces désaffections. Toyota, premier constructeur de voitures au monde, a été ébranlé par la crise financière. Les motivations sont aussi stratégiques. BMW a justifié son retrait par ses choix environnementaux. La voiture verte du futur, cible de la marque, n'est pas en phase avec la Formule 1 d'aujourd'hui, qui consomme sa centaine de litres aux cent kilomètres.

Or la F1, autrefois sport amateur et noble, est devenue un outil marketing dépassionné, dans lequel les marques investissent des sommes vertigineuses, mais qu'elles peuvent quitter du jour au lendemain, n'étant tenues par aucun lien émotionnel.
La mutation, intervenue dans les années 1990-2000, a été portée par les télévisions, qui se sont acquittées de droits exponentiels, et par les constructeurs automobiles, arrivés en masse en F1 à cette époque. En 2003 ou 2004, huit d'entre eux étaient ainsi représentés sur la grille.

Les deux artisans de cette évolution, Bernie Ecclestone, argentier de la discipline, grâce à laquelle il s'est prodigieusement enrichi, et Max Mosley, président pendant seize ans de la Fédération internationale de l'automobile (FIA), qui régit la F1, sont aujourd'hui montrés du doigt. "Ce qu'on voit aujourd'hui, c'est le résultat du système de gestion de la FIA" , s'étrangle Ari Vatanen, candidat malheureux à sa présidence, pour qui la Fédération internationale a géré le sport au mépris des intérêts de ses participants.

"Pilotes, écuries, constructeurs... n'osaient pas dire un mot (à la FIA) par peur des représailles. (...) Pourtant, ceux qui investissent dans le sport doivent avoir leur mot à dire, afin qu'ils puissent y trouver leur compte", estime le Finlandais, défait en octobre par le Français Jean Todt.

Malmenées par les autorités sportives, fragilisées par leurs performances économiques, en déclin sportif, Honda, BMW, Toyota ont donc choisi de fermer la parenthèse F1, tout comme l'équipementier Bridgestone. "C'est un signal extrêmement grave", souffle Ari Vatanen.
"C'est un cycle qui vient de se terminer", relativise Eric Barbaroux, ancien délégué général du Grand Prix de France. "Pendant dix ans, les constructeurs automobiles ont convergé vers la F1. Maintenant, ils s'en vont. Mais il ne faut pas désespérer", observe-t-il.

"Ce qui compte en F1, ce sont les pilotes. Parlait-on autant des constructeurs pendant les batailles Prost-Senna (quand les constructeurs étaient peu représentés, NDLR) ?", s'interroge ce cadre de la Fédération française du sport automobile. "Et est-ce que c'était si génial quand Schumacher mettait une minute aux autres, alors qu'il y avait le plus grand nombre de constructeurs?", poursuit-il.

Au terme d'un Championnat remporté par les écuries Brawn GP, certes émanation de Honda, et Red Bull, loin devant Toyota (5e), BMW Sauber (6e) ou Renault (8e), les noms des «grosses» formations ne semblent plus aussi incontournables. "On va simplement retourner vers une F1 des années 1990, avant l'arrivée des constructeurs", estime M. Barbaroux. Moins riche. Mais tout aussi intéressante.

Source: AP


Information rédigée par : Fabien

Options
Version Imprimable
• Réagir sur le forum
• Devenir rédacteur

A voir aussi
17/10/2019 : 22:37 : La presse italienne en grande forme avec les rouges !

16/10/2019 : 21:00 : Ferrari a une longue liste de questions en vue de 2021

15/10/2019 : 21:24 : GP du Mexique – les pneus

14/10/2019 : 22:10 : Briatore pense que Ferrari doit désigner Leclerc comme premier pilote

13/10/2019 : 18:00 : GP du Japon - votre note de la course ?

13/10/2019 : 14:00 : GP du Japon – Le point sur les sanctions du jour

13/10/2019 : 15:00 : GP du Japon - Classements des championnats

Partager l'info
           

F1-Direct sur les réseaux sociaux
 
Site du groupe : Photos - Lives - Actualités ferrari
L'équipe F1-Direct
2004 - 2019 Groupe F1-Direct - Reproduction interdite sous peine de poursuite, merci de lire la charte d'utilisation.
Site déposé à la CNIL - 1089273. Vous disposez d'un droit d'accès et de modification relative à vos données personnelles sur simple demande.