GP d'Abou Dabi
Vendredi 23 Novembre
10h00
14h00
Samedi 24 Novembre
11h00
14h00
Dimanche 25 Novembre
14h10
Classements 2018
P
Pts
1 L.Hamilton 408
2 S.Vettel 320
3 K.Raikkonen 251
4 M.Verstappen 249
5 V.Bottas 247
6 D.Ricciardo 170
7 N.Hulkenberg 69
8 S.Perez 62
9 K.Magnussen 56
10 C.Sainz 53
11 F.Alonso 50
12 E.Ocon 49
13 C.Leclerc 39
14 R.Grosjean 37
15 P.Gasly 29
16 S.Vandoorne 12
17 M.Ericsson 9
18 L.Stroll 6
19 B.Hartley 4
20 S.Sirotkin 1

P
Pts
1 Mercedes 655
2 Ferrari 571
3 Red Bull 419
4 Renault 122
5 Haas 93
6 McLaren 62
7 Force India 52
8 Sauber 48
9 Toro Rosso 33
10 Williams 7
Multimédia
          
Saison 2018

• Actualités
• Classements
• Les photos en HD
• Archives des informations


Les saisons précédentes

• Résultats des Grands Prix
• Archives Live des GP
• Les photos en HD
• Classements
• Les calendriers
• Ecuries - Pilotes


Scuderia Ferrari

• Sebastian Vettel
• Kimi Raikkonen
• Ferrari Driver Academy
• Les anciens pilotes
• Enzo Ferrari
• Les monoplaces
• La Scuderia Ferrari



Les partenaires
• Expert Véranda
• Portail Communautaire


Formule 1 : Un œil dans le rétro : Eddie Irvine
Un œil dans le rétro : Eddie Irvine
Le 18/11/2018
 à 12:00

Difficile de se montrer lorsque l’on est dans l’ombre d’un grand mais quelquefois, le vent tourne et vous fait espérer.

Eddie Irvine commença à domicile dans de petites formules de promotion, gravissant un à un les échelons jusqu’à atteindre la F3000 en 1989 et 1990. Terminant troisième du championnat, il ne se voit pourtant pas offrir de volant au plus haut niveau. C’est au Japon qu’il décide de partir pour courir dans le championnat de monoplaces nippon. Après deux succès en deux saisons, il échoue à la seconde place du championnat mais un certain Eddie Jordan va alors changer sa vie.

A Suzuka, Jordan a besoin d’un pilote et vite. Présent sur le sol nippon, Irvine se voit offrir l’opportunité de piloter en Formule 1. Et dès son premier Grand-Prix, le nord-irlandais se fait bien remarquer. Finissant à une belle sixième place synonyme d’un point, Sa lutte avec Senna, qui lui prenait un tour, tapa dans l’œil de nombreux observateurs mais le brésilien n’apprécia pas et lui fit savoir à lors d’une petite altercation. Malgré un accident à Adelaïde, Jordan lui propose un contrat à temps complet pour les deux saisons suivantes.

Mais dès le premier Grand-Prix, c’est la catastrophe. Il est pointé coupable d’avoir créé le carambolage envoyant Verstappen en tonneau. L’irlandais du nord est alors suspendu pour une course. Voulant faire appel, Irvine n’aura rien gagné. Pire, il fut suspendu pour deux autres Grands-Prix. La suite de la saison est décevante, les abandons s’enchainent. Ce n’est qu’à la fin de l’année qu’Eddie ressortia de l’ombre avec une belle quatrième place à Jerez. La saison 1995 fut bien meilleure, comme le démontre sa jolie performance au Canada avec une troisième place à l’arrivée, juste derrière son équipier Barrichello. Une nouvelle quatrième place au Japon lui offre une place au sein de la Scuderia Ferrari pour les quatre saisons à venir.

Mais tout de suite, tout est dit : Irvine sera le second de M.Schumacher. L’allemand, fort de deux titres, arrive lui aussi dans une écurie en pleine restructuration. 1996 ne fut pas la meilleure année. Débutant par un podium en Australie, avant de connaitre une déroute totale sur l’ensemble de la saison. Cela s’annonce mieux en 1997 où il enchaine les podiums, en terminant à cinq reprises dans le top 5, mais toujours pas de victoires en vue. L’année suivante, la lutte entre Ferrari et McLaren est intense et Eddie profite des performances de sa monture rouge pour signer de beaux résultats, mais toujours pas de victoires. Nombreux sont ceux le voyant s’imposer durant la dernière saison du millénaire.

Dès l’ouverture de la saison, Irvine surprend tout le monde et s’impose en Australie. Pourtant, cette victoire ne ravit pas tout le monde, à commencer par le clan Ferrari. L’irlandais du nord prend de plus en plus aise au sein de l’écurie et commence à titiller d’un peu trop près son équipier M.Schumacher. A Silverstone, gros bouleversement : l’allemand se brise les jambes et est indisponible pour six courses. La Scuderia change alors son fusil d’épaule et c’est désormais derrière Irvine qu’elle va se porter. Libéré de son équipier, il s’imposa lors des deux manches suivantes avant de sécuriser quelques points par la suite. En Malaisie, son mentor est de retour mais pour la première fois, c’est lui qui s’efface à l’instar d’Irvine, pour lui offrir la victoire. Mais au Japon, le pilote Ferrari termina en troisième position tandis que son adversaire Hakkinen s’impose. Le titre est perdu pour deux points. Pire encore, Irvine voit son ancien coéquipier chez Jordan lui prendre son baquet.

C’est dans la toute nouvelle écurie Jaguar qu’il pose ses valises à l’aube de l’an 2000. Les monoplaces vertes sont belles mais peu performantes. Une étonnante quatrième place à Monaco restera son meilleur résultat, bien aidé par les nombreux abandons. En 2001, rien n’est vraiment mieux. Pourtant, il pilota avec brio dans les rues de la principauté de Monaco et grimpa sur le podium à une magnifique troisième place. L’année suivante, Eddie démarra sur les chapeaux de roues avec une belle quatrième place en Australie avant de somber à nouveau sous un flot de problèmes mécanqiues et d’accidents. Ce n’est qu’à Monza qu’il ressurgira en décrochant une nouvelle troisième place, le dernier podium de sa carrière et de l’écurie Jaguar. A la fin de la saison, il est renvoyé par un certain Niki Lauda…

Sa saison terminée, Irvine raccrocha définitivement son casque, devenant businessman et l’une des plus grosses fortunes de l’Irlande du Nord.



Information rédigée par : Baptiste Douillard

Options
Version Imprimable
• Réagir sur le forum
• Devenir rédacteur

A voir aussi
10/12/2018 : 18:35 : Todt a regardé le Grand Prix du Brésil avec Schumacher

09/12/2018 : 18:59 : Raikkonen : « La Sauber n’est pas très différente de la Ferrari »

08/12/2018 : 08:00 : Leclerc a reçu le prix du rookie de l’année

07/12/2018 : 11:00 : Montezemolo : « Alonso était l’un des trois meilleurs pilotes que j’ai jamais vus chez Ferrari »

06/12/2018 : 20:55 : Montezemolo : « Ferrari aurait gagné avec Hamilton »

05/12/2018 : 21:13 : La FIA valide certains changements règlementaires

03/12/2018 : 21:08 : Ecclestone défend Vettel

Partager l'info
           

F1-Direct sur les réseaux sociaux
 
Site du groupe : Photos - Lives - Actualités ferrari
L'équipe F1-Direct
2004 - 2018 Groupe F1-Direct - Reproduction interdite sous peine de poursuite, merci de lire la charte d'utilisation.
Site déposé à la CNIL - 1089273. Vous disposez d'un droit d'accès et de modification relative à vos données personnelles sur simple demande.