GP de Grande-Bretagne
Vendredi 20 Juillet
11h00
15h00
Samedi 21 Juillet
12h00
15h00
Dimanche 22 Juillet
15h10
Classements 2018
P
Pts
1 S.Vettel 171
2 L.Hamilton 163
3 K.Raikkonen 116
4 D.Ricciardo 106
5 V.Bottas 104
6 M.Verstappen 93
7 N.Hulkenberg 42
8 F.Alonso 40
9 K.Magnussen 39
10 C.Sainz 28
11 E.Ocon 25
12 S.Perez 24
13 P.Gasly 18
14 C.Leclerc 13
15 R.Grosjean 12
16 S.Vandoorne 8
17 L.Stroll 4
18 M.Ericsson 3
19 B.Hartley 1
20 S.Sirotkin 0

P
Pts
1 Ferrari 287
2 Mercedes 267
3 Red Bull 199
4 Renault 70
5 Haas 51
6 Force India 49
7 McLaren 48
8 Toro Rosso 19
9 Sauber 16
10 Williams 4
Multimédia
          
Saison 2018

• Actualités
• Classements
• Les photos en HD
• Archives des informations


Les saisons précédentes

• Résultats des Grands Prix
• Archives Live des GP
• Les photos en HD
• Classements
• Les calendriers
• Ecuries - Pilotes


Scuderia Ferrari

• Sebastian Vettel
• Kimi Raikkonen
• Ferrari Driver Academy
• Les anciens pilotes
• Enzo Ferrari
• Les monoplaces
• La Scuderia Ferrari



Les partenaires
• Expert Véranda
• Portail Communautaire

Publicité (by Google)


Formule 1 : Un œil dans le rétro : Alain Prost
Un œil dans le rétro : Alain Prost
Le 17/06/2018
 à 12:00

Alain Prost est un des meilleurs pilotes français mais aussi l’un des meilleurs de l’histoire. Raflant 51 victoires et pas moins de 106 podiums en 199 grands-prix, il détient des statistiques dont seuls les grands champions peuvent se targuer.

Sa montée en puissance fut très rapide. Il commença en karting avant de rejoindre les rangs de la Formule Renault en 1975. En 1976, il domine outrageusement la concurrence en empochant douze des treize victoires de la saison. Dans le même temps, il s’octroie le Volant Elf, véritable révélateur de talent pour l’époque, sous les yeux de Tambay ou encore de Tyrrell. Il remporta à nouveau le titre l’année suivante avant de continuer son chemin vers le sommet, avec à nouveau deux titres en F3, s’imposant d’ailleurs lors du prestigieux grand-prix de Monaco en 1979. Un volant F2 lui est proposé mais celui que l’on surnommera par la suite « Le Professeur » n’eut d’yeux que pour la Formule 1. Et c’est en 1980 que le petit français réalisa enfin son rêve d’enfant.

C’est donc sur une McLaren à moteur Ford que l’aventure au plus haut niveau débuta. Deux arrivées dans les points pour ses deux premières courses, Prost ne pouvaient rêver mieux. La McLaren n’était pas performante et plusieurs abandons émaillèrent la saison. Deux autres arrivées dans les points ne changeront rien, Prost décidant de rejoindre l’écurie Renault armée d’un bloc turbocompressé plutôt efficace.

L’année 1981 fut marquée par de nombreux abandons, neuf en quinze courses. Pour autant, Prost monta sur le podium à chaque fois qu’il vit l’arrivée. En Argentine, il termina troisième, avant d’emporter son premier succès à domicile sur le tracé de Dijon-Prenois. Deux autres victoires aux Pays-Bas et en Italie vinrent s’ajouter à son tableau de chasse. Il termina en cinquième place du championnat, un classement prometteur compte tenu du pourcentage élevé d’abandon. L’histoire se répéta l’année suivante, s’imposant lors des deux premières manches avant de rentrer dans le rang malgré plusieurs pôles position. Des tensions commencent à éclater au sein de l’écurie française, notamment avec Arnoux, ne voulant pas favoriser son équipier. La saison 1983 fut bien plus prometteuse, quatre victoires et de bons résultats mais la puissance du moteur BMW des Brabham ne laissent aucune chance à l’écurie française. De plus, Prost est renvoyé à l’issue de la saison, rejoignant l’écurie de ses débuts, McLaren.

Avec Lauda en équipier, l’équipe anglaise ne laisse que des miettes à la concurrence, la bataille pour le titre se jouant en interne. Malgré un capital de sept victoires, Prost s’incline face à Lauda pour un demi-point, le plus petit écart jamais enregistré au terme d’un championnat. Cette désillusion laissa place à l’optimisme avec la saison 1985 et l’obtention du Graal à l’issue de la saison. Avec 23 unités d’avance sur Alboreto, le français arracha le titre avec un total de cinq succès, malgré une disqualification et quelques abandons. Le titre, il ira à nouveau le chercher en 1986 malgré une concurrence plus féroce, notamment du côté de Williams et leur puissant moteur Honda. En Allemagne, la course à la consommation fit échouer le français à quatre-vingts mètres de la ligne d’arrivée, tentant de pousser sa monture, en vain. Ce n’est que lors de l’ultime course à Adelaïde que le titre fut acquis, au prix d’une course à rebondissement qui vit Mansell perdre la couronne mondiale suite à l’explosion d’un pneu à quelques tours de l’arrivée.

Les Williams prennent le dessus l’année suivante et Prost ne peut lutter. Pour autant, il s’adjuge en cours de saison, le record du nombre de victoires, battant celui de Stewart et ses vingt-sept succès. Mais la saison 1988 marqua un tournant dans l’histoire de la Formule 1 avec l’arrivée chez McLaren d’un brésilien, Ayrton Senna. Débuta alors l’une des plus grandes rivalités de l’histoire de ce sport. La voiture fut ultra-dominatrice, arrachant quinze des seize victoires, dont sept pour Prost. Malgré un capital point plus élevé chez le français, seuls les onze meilleurs résultats comptent pour le championnat, offrant donc le titre à Senna. Prost prit sa revanche l’année suivante au cours d’une année pleine de tension avec son équipier. Le point d’orgue de cette lutte fut l’inoubliable accrochage de Suzuka, où les deux McLaren s’accrochèrent alors qu’elles dominaient la course. Une atmosphère de travail étouffante obligea le français à changer d’air et à rejoindre la Scuderia Ferrari pour les deux saisons suivantes.

La Ferrari 641 était performante et à nouveau, la lutte avec Senna pimenta tout le championnat. Au Mexique, le français décrocha sans doute son plus beau succès après s’être élancé d’une lointaine quinzième place sur la grille. Mais à nouveau à Suzuka, la bataille contre Senna se termina par un accrochage dès le premier virage. La tension ne fut jamais aussi élevée entre les deux champions, le brésilien empochant un nouveau titre. La successeur de la Ferrari 641, la 642, fut loin de jouer les premiers rôles, Prost ne pouvant même pas décrocher de succès. Pire, des critiques envers sa monture conduisirent les dirigeants de la Scuderia à limoger le français, sans volant pour 1992.

Mais Prost rebondit en 1993 en décrochant un volant chez Williams. Sept victoires et un quatrième titre vinrent conclure cette carrière de pilote, fin de carrière poussée par les rumeurs de transfert de Senna vers Williams. Le français tira donc définitivement un trait sur le pilotage d’une Formule 1 mais sans pour autant quitter le sport. Il entama une reconversion en tant que commentateur sur la télévision française. Il était d’ailleurs présent ce fameux 1er Mai 1994, ce jour où Senna déclara cette phrase inoubliable : « I miss you Alain », c’est-à-dire « Alain, tu me manques ». Quelques heures plus tard, le malheureux brésilien décéda dans cet effroyable accident d’Imola.

Prost revint sur le devant de la scène en 1997 en créant sa propre écurie en rachetant Ligier. Les débuts sont intéressants avec deux podiums dès la première saison. Mais les mauvais résultats s’enchainent et l’arrivée du moteur Peugeot empira les choses, les voitures bleues ne montant qu’une seule autre fois sur un podium. L’aventure Prost Grand-Prix s’arrêta à l’issue de la saison 2001, saison marquée par les deux effroyables sorties de piste du pauvre Luciano Burti.

Quelques apparitions au trophée Andros ponctuèrent ces dernières années avant un retour plus poussée dans la compétition automobile avec l’écurie e-Dams Renault en Formule E et plus récemment Renault F1 Team en Formule 1.



Information rédigée par : Baptiste Douillard

Options
Version Imprimable
• Réagir sur le forum
• Devenir rédacteur

A voir aussi
17/07/2018 : 20:21 : Il y a trois ans, Jules Bianchi

17/07/2018 : 17:00 : Hockenheim vu par Pirelli

17/07/2018 : 09:30 : Pirelli annonce les pneus jusqu’au Mexique

16/07/2018 : 20:23 : Briatore pense que l’on parle trop de pneus en F1

14/07/2018 : 21:00 : Briatore : « Ferrari peut gagner le championnat, mais… »

15/07/2018 : 12:00 : Un œil dans le rétro : Niki Lauda

12/07/2018 : 08:00 : Un nouveau système de points en 2020 ?

Partager l'info
           

F1-Direct sur les réseaux sociaux
 
Site du groupe : Photos - Lives - Actualités ferrari
L'équipe F1-Direct
2004 - 2018 Groupe F1-Direct - Reproduction interdite sous peine de poursuite, merci de lire la charte d'utilisation.
Site déposé à la CNIL - 1089273. Vous disposez d'un droit d'accès et de modification relative à vos données personnelles sur simple demande.