GP du Brésil
Vendredi 9 Novembre
14h00
18h00
Samedi 10 Novembre
15h00
18h00
Dimanche 11 Novembre
18h10
Classements 2018
P
Pts
1 L.Hamilton 383
2 S.Vettel 302
3 K.Raikkonen 251
4 V.Bottas 237
5 M.Verstappen 234
6 D.Ricciardo 158
7 N.Hulkenberg 69
8 S.Perez 58
9 K.Magnussen 55
10 F.Alonso 50
11 E.Ocon 49
12 C.Sainz 45
13 R.Grosjean 35
14 C.Leclerc 33
15 P.Gasly 29
16 S.Vandoorne 12
17 M.Ericsson 9
18 L.Stroll 6
19 B.Hartley 4
20 S.Sirotkin 1

P
Pts
1 Mercedes 620
2 Ferrari 553
3 Red Bull 392
4 Renault 114
5 Haas 90
6 McLaren 62
7 Force India 48
8 Sauber 42
9 Toro Rosso 33
10 Williams 7
Multimédia
          
Saison 2018

• Actualités
• Classements
• Les photos en HD
• Archives des informations


Les saisons précédentes

• Résultats des Grands Prix
• Archives Live des GP
• Les photos en HD
• Classements
• Les calendriers
• Ecuries - Pilotes


Scuderia Ferrari

• Sebastian Vettel
• Kimi Raikkonen
• Ferrari Driver Academy
• Les anciens pilotes
• Enzo Ferrari
• Les monoplaces
• La Scuderia Ferrari



Les partenaires
• Expert Véranda
• Portail Communautaire


Formule 1 : L’argent n’est pas un critère essentiel pour devenir pilote de F1
L’argent n’est pas un critère essentiel pour devenir pilote de F1
Le 14/01/2018
 à 21:45

Depuis sa création en 1946, la formule 1 a connu des modifications importantes, tant sur les voitures que sur le pilotage. A l’origine, les « bolides » ne contenaient aucune aide électronique, et les boites manuelles ne facilitaient pas la maniabilité. Après les avancées technologiques, ces aides sont apparues au fur et à mesure aux fins d’améliorer pour chaque équipe leur compétitivité. Aujourd’hui, ces aides sont devenues primordiales et ont entaché quelque peu l’image de la Formule 1. En effet, deux critiques importantes sont souvent énoncées par les fans de cette compétition. La première est qu’un jeune pilote, arrivant dans la catégorie reine sans avoir atteint sa majorité, est capable de piloter, et d’obtenir de bons résultats lors de son année de rookie. La seconde critique, plus importante, s’appuie sur le fait que des pilotes peuvent intégrer une équipe, non pas par ses résultats ou sa technique à maîtriser sa voiture, mais par l’unique apport financier. Dans ce second cas, il ne serait donc pas primordial de se démarquer par ses capacités de pilote. Le sponsoring tiendrait alors un rôle essentiel dans l’ascension et le maintien des pilotes dans chaque équipe.

De nombreux noms de pilotes, considérés ces dernières années comme des « pilotes payants » peuvent être cités : Daniil Kvyat, Marcus Ericsson ou plus encore Lance Stroll en sont les exemples les plus évidents. En effet, selon l’avis général, ces pilotes se font plus remarquer par leur apport financier que par leurs capacités de pilotages. Cette considération n’est donc pas un élément permettant d’entretenir une image saine et positive pour la formule 1. Toutefois, selon Nicolas Todt, la réalité en est tout autre : « ces pilotes ont les appuis financiers, mais le système de super licence mis en place par la FIA écarte les pilotes qui n’ont pas le niveau nécessaire. Vous pouvez avoir des millions à dépenser, mais vous devez réaliser des performances significatives pour atteindre cette licence ». Selon Nicolas Todt, des prérequis doivent être atteints pour avoir la prétention d’être pilote de Formule 1. D’ailleurs, celui-ci précise que « malgré la réalité économique compliquée subie par quelques équipes, je pense que le niveau de la formule 1 n’a jamais été aussi bon. La Formule 1 ne doit tout de même pas transmettre l'image d’un sport payant. L’effet pourrait être dissuasif pour tout le monde, incluant les familles qui seraient découragées dès le départ sur les pistes du karting. L’accès à la formule 1 doit continuer et se faire essentiellement au mérite ».

Dans cette même lignée, le directeur de l’équipe Sauber, Frédéric Vasseur, considère que « la plupart des pilotes prometteurs sont venus en F1 dans les deux ou trois dernières années : Ocon, Gasly, Vandoorne, Leclerc, et même Norris et Russel qui feront aussi probablement leur début. Ça n’a pas été toujours ainsi. Nous avons aujourd’hui un simple mécanisme pour construire une carrière. Si vous êtes compétitif et que vous réussissez quand vous êtes débutant, vous avez une chance d’intégrer le programme de jeunes d’une grosse équipe ». Les propos de Frédéric Vasseur rappellent en effet que les différentes académies sont prêtes à intégrer de jeunes pilotes, pour les former, et les promouvoir par la suite en fonction de leurs résultats. En ce sens, la Ferrari Driver Academy (FDA) a intégré récemment un nouvel arrivant, Gianluca Petecof, dans ce cercle très fermé.

Le directeur de l’écurie Sauber tient à souligner ce changement positif dans l’intégration des nouveaux pilotes : « Précédemment, il y avait un écart important dans ces étapes d’ascension, et de nombreux pilotes étaient piégés, car aucune place n’était disponible pour eux ». Toutefois, Frédéric Vasseur admet que l’apport financier par le sponsoring est aujourd’hui fondamental pour devenir pilote de formule 1 : « Ça a toujours été le cas. Peut être que certains pilotes (comme Stroll ou Ericsson) n’auraient pas eu la chance d’avoir un baquet en formule 1 sans argent, mais ils ont obtenu les résultats nécessaires pour en avoir un ».

En conclusion, pour intégrer une équipe, l’argent à lui seul ne suffit pas sans les capacités de pilotage. Inversement, sans qualités remarquables de pilote, l’argent peut être nécessaire pour espérer intégrer une écurie. La terminologie de « pilote payant » désignerait donc un pilote ayant atteint les résultats minimums pour obtenir sa licence, mais dont les capacités financières sont essentielles pour intégrer une équipe...

Information rédigée par : Edouard Gustave



Information rédigée par : Adrien Braem

Options
Version Imprimable
• Réagir sur le forum
• Devenir rédacteur

A voir aussi
19/11/2018 : 21:18 : Räikkönen est optimiste sur son retour chez Sauber

19/11/2018 : 10:05 : Le calendrier 2019

16/11/2018 : 21:42 : GP D’Abu Dhabi – Les pneus par pilote

18/11/2018 : 12:00 : Un œil dans le rétro : Eddie Irvine

14/11/2018 : 21:21 : Les moteurs de 2021 ne devraient pas trop changer

13/11/2018 : 20:39 : Lauda de retour à Abu Dhabi ?

12/11/2018 : 20:40 : Vettel n’est pas inquiet de l’arrivée de Leclerc

Partager l'info
           

F1-Direct sur les réseaux sociaux
 
Site du groupe : Photos - Lives - Actualités ferrari
L'équipe F1-Direct
2004 - 2018 Groupe F1-Direct - Reproduction interdite sous peine de poursuite, merci de lire la charte d'utilisation.
Site déposé à la CNIL - 1089273. Vous disposez d'un droit d'accès et de modification relative à vos données personnelles sur simple demande.