GP du Japon
Vendredi 11 Octobre
03h00
07h00
Dimanche 13 Octobre
03h00
07h10
Classements 2018
P
Pts
1 L.Hamilton 338
2 V.Bottas 274
3 C.Leclerc 221
4 S.Vettel 212
5 M.Verstappen 212
6 C.Sainz 76
7 P.Gasly 73
8 A.Albon 64
9 D.Ricciardo 42
10 S.Perez 35
11 N.Hulkenberg 35
12 L.Norris 35
13 D.Kvyat 33
14 K.Räikkönen 31
15 K.Magnussen 20
16 L.Stroll 19
17 R.Grosjean 8
18 A.Giovinazzi 4
19 R.Kubica 1
20 G.Russell 0

P
Pts
1 Mercedes 612
2 Ferrari 433
3 Red Bull 323
4 McLaren 111
5 Renault 77
6 Toro Rosso 59
7 Racing Point 54
8 Alfa Romeo 35
9 Haas 28
10 Williams 1
Multimédia
          
Saison 2019

• Actualités
• Classements
• Les photos en HD
• Archives des informations


Les saisons précédentes

• Archives Live des GP
• Les photos en HD
• Classements


Scuderia Ferrari

• Sebastian Vettel
• Kimi Raikkonen
• Ferrari Driver Academy
• Les anciens pilotes
• Enzo Ferrari
• Les monoplaces
• La Scuderia Ferrari



Les partenaires
• Expert Véranda
• Portail Communautaire


Formule 1 : Un œil dans le rétro : le Grand Prix de Russie
Un œil dans le rétro : le Grand Prix de Russie
Le 24/04/2017
 à 12:30

Construit au cœur du parc Olympique ayant accueilli les JO d’Hiver en 2014, le tracé russe fait son entrée dans le championnat du monde de Formule 1 en cette même année. D’abord placé en fin de saison, le grand-prix de Russie se dispute à présent avant la tournée européenne. Le circuit est loin d’être spectaculaire. Il n’est que serpent de bitume au milieu de murs en béton. Cependant, les grandes lignes droites et les gros freinages en font un circuit test pour la fiabilité et l’efficacité des freins. Le grand-prix a été remporté par 2 pilotes différents et par une seule équipe : Mercedes. 

Malgré un tracé plus qu’ennuyeux, cette course nous a déjà réservé de belles et moins belles surprises, mais pour autant, ce grand-prix n’a jamais montré de grands intérêts. Aucun sauf peut-être ce 2ème virage, ou plutôt, le 1er freinage. C’est sur ce circuit que l’espace entre la grille de départ et le premier gros freinage est le plus important, ce qui signifie aspiration garantie ! Cependant, le virage ne correspond qu’à un espace entre 2 lignes blanches que certains pilotes n’hésitent pas à dépasser, ce qui par la suite, font douter de l’efficacité de l’application du règlement. Nous y reviendrons plus loin. En 3 éditions, jamais un départ n’a été propre. En 2014, Rosberg loupe largement son freinage et bloque ses roues dans un panache de fumée avant de couper ce virage. En 2015, Hulkenberg part en tête à queue et s’accroche avec Verstappen et Ericsson. Hulkenberg qui n’eut pas plus de chance en 2016. Victime d’un nouvel accrochage avec Gutierrez et Haryanto, il n’est pourtant pas celui au centre de toutes les attentions. Il s’agissait plutôt du régional de l’étape : Kvyat. En l’espace de 2 virages, il réussit à percuter Vettel qui glissa sur Ricciardo, puis dans la grande courbe à gauche suivante, le russe percuta à nouveau la Ferrari qui finira par s’écraser dans les barrières de protection, tout cela sous la pluie d’insultes lancées par un Vettel, visiblement très en colère. Ce fût d’ailleurs la dernière course de Kvyat dans l’écurie Red Bull, allez savoir pourquoi. A part les départs, très peu d’incidents ont émaillé ce grand-prix. On peut pourtant se souvenir de 2 incidents arrivés lors de la même course en 2015. Le premier concerne Rosberg. Alors bien installé en tête, son accélérateur lui fit défaut au point même d’être bloqué. C’en était fini pour l’allemand, tout comme ses chances de titres, très mince à la fin de la course. Le second incident, ou plutôt accident est celui de Grosjean. Dans la grande courbe à gauche, le franco-suisse perdit l’arrière et explosa sa Lotus dans le mur. Fort heureusement, le pilote s’en tira sans aucun dommage. Pourtant, la veille, un autre incident aurait pu tourner au drame. Alors dans une ligne droite où le DRS était autorisé, Sainz, qui effectuait des tests de freins, perdit sa Toro Rosso sur le freinage à plus de 270 km/h avant de l’encastrer sous les barrières de sécurité. Après un choc de 46G enregistré et une évacuation de la voiture en 17 minutes, Sainz ne s’en tira finalement pas si mal et participa même à la course le lendemain, où il abandonna sur soucis de freins…

                 Le grand-prix de Russie ne nous a jamais vraiment donné de batailles excitantes. Quelques petits combats dans le peloton agitèrent un peu les courses mais jamais très longtemps, l’usure des pneus en étant souvent la cause. La lutte la plus serrée pourrait bien être celle qui opposait les 2 finlandais en 2015 dans les derniers tours. Malheureusement, leur course se termina avec une suspension brisée pour Raikkonen et une Williams dans le mur pour Bottas, dans le tout dernier tour. Le combat que tout le monde aurait aimé voir aurait été celui opposant Rosberg et Hamilton. Cependant, il n’aura jamais réellement eu lieu à Sotchi. En 2014, il ne dura que quelques secondes, Rosberg bloquant ses roues l’obligeant à passer aux stands pour chausser un nouveau train de pneus. L’année suivante, la lutte ne dura que quelques minutes de plus avant que l’accélérateur de Rosberg ne casse. En 2016, 8 voitures séparaient les 2 protagonistes au départ. Même si Hamilton coupa assez largement le 2ème virage, les 2 pilotes Mercedes ne livrèrent jamais combat. Ce deuxième virage, revenons-en. En effet, le circuit était totalement bitumé, une erreur peut se rattraper, à condition qu’il y ait un dégagement. Dans ce virage, une voie a été aménagée pour permettre aux pilotes loupant l’entrée du virage de revenir sur la piste. Cependant, au départ de l’édition 2016, le grabuge du départ en ce même endroit a permis à Hamilton de gagner plusieurs positions mais hors de la piste, de plus, sans jamais les rendre. Même si Hamilton ne fût pas le seul à couper ce virage, il fût le seul à en tirer avantage, ce qui est bien sûr contraire au règlement de la Formule 1. Hamilton s’en tira sans pénalité, ni même enquête à son encontre. Quelques petits faits notables sont tout de même à énumérer. Rosberg s’est élancé en pôle de toutes les courses, c’est-à-dire à 3 reprises. En 2015, Nasr signa une belle 6ème place pour Sauber, une place qu’occupa Alonso en 2016 à bord de McLaren Honda. En 2016, Rosberg emporta sa 4ème victoire de la saison en 4 courses, mais surtout, il enchaîna 7 succès de rang. Et comment ne pas oublier la joie de « Checo » Perez qui, dans le dernier tour de l’édition 2015, vit les deux finlandais se sortir de la course leur offrant par la même occasion une troisième place bien méritée pour la modeste écurie Force India.

Le grand-prix de Russie ne nous a pas encore offert de courses réellement palpitantes, excitantes. L’édition 2015 pourrait bien être le grand-prix russe le plus mouvementé. Avant même le départ, une nouvelle rassurante débarque : Sainz, victime d’un effroyable accident la veille, est autorisé par les médecins à prendre le départ de la course. Rosberg pensait avoir fait le plus dur en décrochant la pôle. A l’extinction des feux, l’allemand s’envola en tête devant son équipier, alors que derrière, Raikkonen gagna deux positions pour se retrouver 3ème. Dans le deuxième virage, Hulkenberg partit en tête à queue, toucha Verstappen, et vit la Sauber d’Ericsson escalader sa Force India. La Safety Car fut immédiatement déployée. Au redémarrage, Rosberg décolla parfaitement, alors que Bottas utilisa l’aspiration pour reprendre sa 3ème place. Mais l’allemand, alors confortablement installé en tête, commis de multiples erreurs, la faute à un accélérateur cassé. C’est l’abandon pour l’allemand qui voit ses chances de titres réellement disparaitre face à Hamilton qui s’empare donc logiquement de la tête. A peine remis de nos émotions, voilà que Grosjean explose littéralement sa Lotus dans le grand gauche. Le pilote s’en sorti sans dommages, la Safety Car refit une apparition en course. Dès l’envol, Vettel chipa la 3ème place à son équipier, puis celle de Bottas qui rentra aux stands, pneus en très mauvais état. Par le jeu de l’overcut, Raikkonen en profita pour passer Bottas. Ils étaient encore 4 à pouvoir espérer la troisième marche du podium : Perez avec une stratégie pneumatique osée, Raikkonen, Bottas et Ricciardo. Ce dernier finira par abandonner sur rupture de suspension. Alors que Sainz sortit à nouveau de piste suite à une casse de frein, le jeune espagnol perdit un bout de son aileron arrière, récupéré par un commissaire, jugé de « russe courageux » par Vettel qui lui passa à quelques centimètres seulement. Dans l’avant dernier tour, Perez à l’agonie se fit dépasser par Bottas puis Raikkonen dans la foulée. Mais dans le dernier tour, Raikkonen tenta une manœuvre quelque peu kamikaze sur son compatriote en l’envoya dans le mur. Le pilote Ferrari vit sa suspension casser, Perez en profita pour décrocher une invraisemblable 3ème place à l’arrivée, derrière Vettel et Hamilton, Cette saison, espérons mieux de cette course russe, mais quoi qu’il en soit, rendez-vous sur la ligne de départ pour le grand-prix de Sotchi 2017 !

Le plus beau moment du grand-prix de Sotchi : La joie de Perez sur le podium après une troisième place inespérée.

Top 3 des incidents mémorables :

1) Le retour de la torpille Kvyat qui, cette fois, percuta réellement Vettel à 2 reprises.

2) L’effroyable crash de Sainz aux essais en 2015, avec un choc de 46G, resté bloqué de longues minutes dans sa monoplace détruite.

3) L’énorme carton de Grosjean lors de l’édition 2015 dans le terrible gauche du virage 3.

Résumé de l’édition 2016 du Grand-Prix de Russie (Sotchi) : Avant même le départ, Rosberg sait qu’il est en très bonne position. Il devance son équipier de 9 places sur la grille. A l’extinction des feux, Tout le monde s’envole parfaitement jusqu’à ce deuxième virage où Kvyat va jouer les auto-tamponneuses sur Vettel à 2 reprises. Derrière, Hulkenberg part à la faute avec Gutierrez et Haryanto, tandis que la Ferrari de Vettel s’écrase dans les barrières. Pendant ce temps, Hamilton coupe ce virage et gagne plusieurs places. Le classement est totalement chamboulé. A mi-course, alors que Vettel voit Horner pour expliquer le mauvais comportement de son pilote russe, le classement n’évolue plus aux avant-postes. Rosberg mène devant Hamilton, Raikkonen et Bottas. Derrière, les luttes se profilent entre Magnussen, Ricciardo, Grosjean ou encore Sainz. Verstappen, alors brillant 6ème, voit son moteur casser et doit donc renoncer. Au final, Rosberg l’emporta devant son équipier, suivi de Raikkonen. Magnussen offre les premiers points de Renault en 2016. Derrière le podium, on retrouve Bottas, Massa, Alonso, Magnussen, Grosjean, Perez et Button. 



Information rédigée par : Baptiste Douillard

Options
Version Imprimable
• Réagir sur le forum
• Devenir rédacteur

A voir aussi
21/10/2019 : 20:02 : Le moteur de Ferrari suspecté d’illégalité ! Encore !

19/10/2019 : 22:06 : GP du Japon - Les moments forts en vidéo

20/10/2019 : 17:00 : Sabine Kehm pense que Mick Schumacher ira en Formule 1

21/10/2019 : 06:00 : Les appétences managériales de Mattia Binotto remises en doute par JJ Lehto

20/10/2019 : 12:00 : Un œil dans le rétro : la 312 T

17/10/2019 : 22:37 : La presse italienne en grande forme avec les rouges !

16/10/2019 : 21:00 : Ferrari a une longue liste de questions en vue de 2021

Partager l'info
           

F1-Direct sur les réseaux sociaux
 
Site du groupe : Photos - Lives - Actualités ferrari
L'équipe F1-Direct
2004 - 2019 Groupe F1-Direct - Reproduction interdite sous peine de poursuite, merci de lire la charte d'utilisation.
Site déposé à la CNIL - 1089273. Vous disposez d'un droit d'accès et de modification relative à vos données personnelles sur simple demande.