F1-Direct.Com - Version Télèphone.
***Retour à l'accueil***
Ferrari, vers plus d'agressivité en 2017 - [ 16/12/2016 : 01:16 ] 


Le retour de « la légende » des designers, Rory Byrne, était resté plutôt secret, mais sa présence aux cotés de Jock Clear aux Autosport Awards nous a montré que maintenant, il faisait partie intégrante de la famille. A 72 ans, celui qui a été designer en chef pendant la période en or de Michael Schumacher, partage maintenant son temps entre Ferrari et la Thaïlande, où il se consacre à sa passion de la pêche sous-marine. Il a été appelé plus tôt dans l’année dans un rôle de consultant, en étroite collaboration avec Simone Resta pour travailler sur la voiture de 2017 au nom de code 688, certaines sources disant que des concepts flirtant avec les limites des interprétations règlementaires ont été développés.

 

C’est une approche agressive que Ferrari n’avait pas suivie ces dernières années, a contrario de Red Bull et de Mercedes, qui ont toujours été désireux de pousser les choses à la limite des règles dans leur quête de succès. La façon dont Mercedes a incorporé la suspension avant hydraulique en exploitant des règlements qui étaient destinés à aider Manor courant avec une voiture de 2015.

Mais avec la nouvelle règlementation de 2017, dont on attend une amélioration des temps de l’ordre de 5 secondes / tour, il se dit que les efforts du directeur technique Mattia Binotto seront payants.

Lors des Ferrari Mondiali à Daytona le week-end dernier, Maurizio Arrivabene déclarait : "Notre saison 2017 a commencé en août dernier avec un changement majeur sur le front technique. Les gens attendent beaucoup de Ferrari, les victoires, des succès, nous ferons tout notre possible pour atteindre cet objectif. Mais depuis que la nouvelle structure a été mise en place, avec un ingénieur comme Mattia Binotto, nous avons vu des signes positifs, comme au Japon et à Abu Dhabi. "

Mais est-il concevable qu'une équipe qui n'a pas gagné une seule course en 2016, après trois victoires et une deuxième place dans le championnat constructeurs l'année précédente, puisse espérer devenir compétitive sans beaucoup de recrutement extérieur et en ayant perdu un élément majeur en la personne de James Allison ?

La réponse vient du président Sergio Marchionne : «Nous avons réorganisé la direction en août, et j'ai toute confiance dans le travail de Mattia Binotto. La structure est, je crois, maintenant très bonne, bien qu'un changement soit toujours possible. Mais la structure principale est en place. "

La restructuration dont il est question porte sur 14 groupes de travail distincts et une structure plus horizontale qui permet de faire intervenir plus de monde sur plus de choses. Marchionne a fixé des cibles ambitieuses, car il est déterminé à ce que Ferrari tire le meilleur parti des opportunités offertes par la nouvelle réglementation.

À Maranello, on est plutôt optimiste sur les progrès, parce que la voiture qui émerge est conforme aux attentes. Cependant, cela ne signifie pas pour autant que Ferrari est sur la bonne voie pour créer une voiture victorieuse, cela dépendra de ce que Mercedes et Red Bull produiront également. Mais cela signifie que les informations données par les simulateurs et la soufflerie sont encourageantes.

Dans le département course, il est entendu que l'équipe «doit» revenir en tête, et on y travaille. Mais est-ce que Ferrari sous l’ère Binotto peut-elle vraiment produire des idées suffisantes pour défier Mercedes et Red Bull ?

Nous le saurons à coup sûr lors des premiers essais d'hiver à Barcelone, mais il se chuchotte que Ferrari, sous l'œil vigilant de Byrne, a trouvé des solutions provenant de l'interprétation intelligente des règles.

Si cela s'avère vrai, ça signifie que la nouvelle Ferrari devrait avoir une approche plus agressive dans son concept 2017 que ce que nous avons vu avec la SF16-H.

Y avait-il un motif caché derrière la décision de Ferrari de contester la pénalité de la FIA au Mexique pour Sebastian Vettel ? Essayait-on de savoir jusqu'où pourrait-on aller pour pousser les règlements et comment l'organisme directeur réagirait-il à ce défi face à certaines interprétations qui pourraient intriguer les ingénieurs rivaux sur la nouvelle voiture ?



Posté par : Vincent Jacquemart