GP de Grande-Bretagne
Vendredi 14 Juillet
10h00
Essais Libres 1
14h00
Essais Libres 2
Samedi 15 Juillet
11h00
Essais Libres 3
14h00
Qualifications
Dimanche 16 Juillet
14h00
Course
Classements 2017
P
Pts
1 S.Vettel 177
2 L.Hamilton 176
3 V.Bottas 154
4 D.Ricciardo 117
5 K.Raikkonen 98
6 M.Verstappen 57
7 S.Perez 52
8 E.Ocon 43
9 C.Sainz 29
10 N.Hulkenberg 26
11 F.Massa 23
12 L.Stroll 18
13 R.Grosjean 18
14 K.Magnussen 11
15 P.Wehrlein 5
16 D.Kvyat 4
17 F.Alonso 2
18 S.Vandoorne 0
19 J.Palmer 0
20 M.Ericsson 0

P
Pts
1 Mercedes 330
2 Ferrari 275
3 Red Bull 174
4 Force India 95
5 Williams 41
6 Toro Rosso 33
7 Haas 29
8 Renault 26
9 Sauber 5
10 McLaren 2
Multimédia
          
Saison 2017

• Actualités
• Classements
• SF70-H
• Les photos en HD
• Archives des informations


Les saisons précédentes

• Résultats des Grands Prix
• Archives Live des GP
• Les photos en HD
• Classements
• Les calendriers
• Ecuries - Pilotes


Scuderia Ferrari

• Sebastian Vettel
• Kimi Raikkonen
• Ferrari Driver Academy
• Les anciens pilotes
• Enzo Ferrari
• Les monoplaces
• La Scuderia Ferrari



Les partenaires
• Expert Véranda
• Portail Communautaire

Publicité (by Google)


Fiches des anciens pilotes de la Scuderia Ferrari
Fiche de : Stefan Johansson


Nom Complet : Stefan Nils Edwin Johansson

Date et lieu de naissance : 8 Septembre 1956 à Vaxjo

Pays : Suède

Période d’activité en F1 : de 1983 à 1991

Ecuries :

            - Spirit Racing (1983)
            - Tyrrell (3 GP en 1984, 1 en 1985)
            - Toleman (3 GP en 1984)
            - Scuderia Ferrari (1985-1986)
            - McLaren (1987)
            - Ligier (1988)
            - Onyx (1989)
            - Footwork (1991)

 

Meilleur classement en Championnat du Monde :

5ème en 1986 (Scuderia Ferrari)
 

Palmarès en F1 :

79 Grands Prix
12 Podiums

Palmarès avec la Scuderia Ferrari :

31 Grands Prix
6 Podiums
 

Biographie :

 

Stefan Johansson dispute son premier Grand Prix en 1983, dans l’écurie Spirit, débutante elle aussi, mais qu’il connait bien pour avoir roulé pour elle l’année précédente en Formule 2. La monoplace est peu performante a cause d'un poids trop élevé et d'un moteur connaissant quelques soucis. L’écurie ne dispute que 6 courses cette saison la et son pilote Suédois également. A la fin de la saison, Spirit perd le moteur Honda au profit de Williams et Stefan Johansson n’est pas conservé.

N’ayant aucun contrat pour 1984 et fort d’une belle expérience aux 24 Heures du Mans l'année précédente (6ème lors de sa première participation avec une Porsche du team Joest), il commence une reconversion vers les épreuves d’endurance. C’est plutôt une réussite puisqu’il remporte les 12 Heures de Sebring dès le début d’année, avec une Porsche 935, en compagnie du pilote Allemand Hans Heyer et du Colombien Mauricio de Narvaez.

Mais en cours d’année, une cascade d’évènements va ramener le suédois vers la F1. Tout d’abord, Tyrell  le recrute en cours de saison pour remplacer Martin Brundle, blessé. Il dispute 3 Grands Prix sous les couleurs de l’écurie anglaise mais cette dernière est sous le coup d’une exclusion du championnat pour une tricherie détectée plus tôt dans la saison. Déclarée coupable, les résultats de l’écurie ainsi que ceux des pilotes disparaissent. Stefan Johansson est ensuite appelé chez Toleman pour le Grand Prix d’Italie afin de remplacer un certain Ayrton Senna, mis à pied par son écurie pour avoir annoncé son départ chez Lotus pour la saison suivante. Terminant 4ème avec sa modeste voiture, Toleman l’engage pour les deux courses suivantes, qui sont aussi les dernières de la saison, en remplacement de Pierluigi Martini, qui lui-même remplaçait Johnny Cecotto, blessé plus tôt dans la saison. Alors qu’il a un contrat avec Toleman pour 1985, l’écurie est contrainte de stopper provisoirement ses activités puisque le manufacturier de pneus Goodyear ne fournit plus l’équipe.

Le Suédois est alors libéré de son contrat et ça va faire décoller sa carrière. En effet, il débute la saison 1985 avec Tyrrell mais après seulement un Grand Prix, la Scuderia Ferrari le recrute après avoir débarqué René Arnoux. Son premier Grand Prix est difficile mais lors du weekend suivant, il offre un récital aux tifosis à Imola. Quinzième sur la grille, il remonte en tête durant la course, notamment grâce aux nombreux abandons, mais il doit lui-même abandonner à trois tours de l’arrivée suite à une panne d’essence (les ravitaillements en carburant étant interdits à cette époque). Il signe ensuite quelques podiums mais l’écurie connait une forte baisse de régime en seconde partie de saison, ce qui coutera le titre à Alboreto. Il termine tout le même la saison en 7ème position avec 26 points.

En 1986, la Ferrari est désastreuse mais Johansson prend le meilleur sur Alboreto avec 23 points et 4 podiums contre 14 points et 1 seul podium pour son coéquipier. Néanmoins, la Scuderia décide de garder son pilote Italien et de remplacer Johansson par Berger. Le Suédois trouve refuge chez McLaren mais n’y restera qu’une saison, ne tenant pas la concurrence avec Alain Prost et barré par la future arrivée d’Ayrton Senna.

Il signe chez Ligier pour la saison 1988 mais la voiture est catastrophique, pas fiable et pas performante. Il se décourage vite et n’est pas conservé en 1989, année où il signe pour une nouvelle écurie, Onyx. La voiture n’est pas au top, ce qui est normal pour une écurie débutante, mais il parvient à signer quelques beaux résultats, dont un podium, pour sa dernière course avec l’écurie, au Portugal. En réalité, il est engagé pour les 3 dernières courses de la saison avec l’écurie mais il ne parviendra pas à qualifier la voiture. Il s’engage sur quelques Grands Prix en 1990 avec AGS et Onyx, mais la aussi, il ne passera pas la barre des qualifications.

Il dispute son dernier Grand Prix en 1991, au volant d’une Footwork, et finira sa carrière en F1 sur un abandon.

S’il n’a jamais gagné en F1, son parcours en endurance a été remarquable, avec notamment une victoire dans sa catégorie en 1992 aux 24 Heures du Mans après une 5ème place finale au volant d’une Toyota en compagnie de Steven Andskar et George Fouché. Il remporte l’épreuve l'année suivante avec Tom Kristensen et son ancien coéquipier, Michele Alboreto, au volant d’une Porsche préparée par le team Joest. Il remporte une seconde fois les 12 Heures de Sebring en cette année 1997, sur une Ferrari, avec pour équipiers Andy Evans, Fermin Velez et Yannick Dalmas.

Il a participé au championnat CART aux USA de 1992 à 1996, sans grands résultats malgré le titre honorifique de meilleur Rookie lors de sa première saison.  Il a aussi fondé une écurie en Indy Lights (sorte de seconde division de l’Indycar, comme le GP2 pour la F1), ce qui lui a permis de révéler Scott Dixon.

En 2001, il a remporté le championnat European Le Mans Series, qui fut arrêté dès la fin de l’année.

En 2003, il lance une nouvelle écurie en CART mais celle-ci doit s’arrêter à la fin de la saison, malgré une victoire, pour des raisons financières.

Aujourd’hui, on peut toujours voir Stefan Johansson dans des courses d’endurances.

 

Julien Petit

Pilote En F1 de
Marc Gene 2001 - ...
Felipe Massa 2002 - ...
Fernando Alonso 2001 - ...
Rubens Barrichello 1993 - 2011
Eddie Irvine 1993 - 2002
Michael Schumacher 1991 - 2012
Stefan Johansson 1983 - 1991
Michele Alboreto 1981 - 1994
René Arnoux 1978 - 1989
Didier Peroni 1978 - 1982
Patrick Tambay 1977 - 1986
Gilles Villeneuve 1977 - 1982
Carlos Reutemann 1972 - 1982
Arturo Merzario 1972 - 1979
Jody Scheckter 1972 - 1980
Niki Lauda 1971 - 1985
Nanni Galli 1971 - 1973
Clay Regazzoni 1970 - 1980
Ignazio Giunti 1970
Mario Andretti 1968 - 1982
Derek Bell 1968 - 1974
Andrea De Adamich 1968 - 1973
Jacky Ickx 1967 - 1979
Jonathan Williams 1967
Mike Parkes 1966 - 1967
Chris Amon 1963 - 1976
Pedro Rodriguez 1963 - 1971
Ludovico Scarfiott 1963 - 1968
Giancarlo Baghetti 1961 - 1967
Lorenzo Bandini 1961 - 1967
Nino Vaccarella 1961 - 1965
Ricardo Rodriguez 1961 - 1962
John Surtees 1960 - 1972
Richie Ginther 1960 - 1966
Williy Mairesse 1960 - 1963
Dan Gurney 1959 - 1970
Phill Hill 1958 - 1964
Cliff Allison 1958 - 1961
Wolfgang Von Trips 1957 - 1961
Tony Brooks 1956 - 1961
Alfonso De Portago 1956 - 1957
Cesare Perdisa 1955 - 1957
Eugenio Castellott 1955 - 1957
Luigi Musso 1953 - 1958
Umberto Maglioli 1953 - 1956
Mike Hawthorn 1952 - 1958
Peter Collins 1952 - 1958
Paul Frere 1952 - 1956
Piero Carini 1952 - 1953
André Pilette 1951 - 1964
André Simon 1951 - 1957
Maurice Trintignan 1650 - 1964
Harry Schell 1950 - 1960
José Froilàn Gonzà 1950 - 1960
Juan Manuel Fangio 1950 - 1958
Piero Taruffi 1950 - 1956
Luigi Villoresi 1950 - 1956
Alberto Ascari 1950 - 1955
Giuseppe Farina 1950 - 1955
Dorino Serafini 1950
Raymond Sommer 1950

Site du groupe : Photos Vidéos F1 - Dépannage Informatique 45 - F1 en Direct les lives - Actualités ferrari
Les partenaires : F1 - Formule 1 - Info F1 - Hebergement - actualité f1

2004 - 2015 Groupe F1-Direct - Reproduction interdite sous peine de poursuite, merci de lire la charte d'utilisation.
Site déposé à la CNIL - 1089273. Vous disposez d'un droit d'accès et de modification relative à vos données personnelles sur simple demande.